Recherche pratique

La consultation des listes de tirage au sort

Les listes de tirage au sort des conscrits, cotées en R 9, sont classées par année (1803-1971, avec lacunes).

Astuce

Les tableaux de recensement des conscrits sont établis en double exemplaire, dont l’un est conservé en mairie. On les retrouve aux Archives départementales des Deux-Sèvres en sous-série E dépôt pour les nombreuses communes ayant déposé leurs archives.

Recherche Pratique

La consultation des registres matricules

Les registres matricules (1867-1940) sont versés régulièrement aux Archives départementales par le Centre des archives du personnel militaire à Pau, et sont conservés sous les cotes R 625 et suivantes.

Les registres matricules sont classés par bureau de recrutement, puis par année. En Deux-Sèvres, il existe deux bureaux :

  • le bureau de Parthenay qui gère le recrutement sur le territoire des arrondissements de Bressuire, Niort et Parthenay ;
  • le bureau de Poitiers qui s’occupe du recrutement sur le territoire de l’ancien arrondissement de Melle (l’arrondissement de Melle est supprimé en 1926 et rattaché à l’arrondissement de Niort). Certains registres matricules provenant du bureau de Poitiers sont conservés aux Archives départementales de la Vienne.

Les conscrits et les soldats

La nature des documents suit l’évolution du service militaire. Aussi existe-t-il deux types de documents d’archives, produits par deux institutions différentes : ceux liés au recensement et ceux liés au recrutement.

Les listes de tirage au sort

Tous les ans les jeunes gens âgés de 20 ans sont recensés dans chaque commune, ce qui donne lieu à des tableaux de recensement. Les conscrits sont ensuite convoqués au chef-lieu de canton et tirent au sort un numéro. Des listes de tirage au sort sont dressées par canton, puis regroupées dans un registre par le bureau préfectoral des affaires militaires. Les hommes y sont inscrits par ordre des numéros sortis au tirage, et non par ordre alphabétique.

Les listes de tirage au sort fournissent des éléments sur l’identité de la personne : nom, prénom, date de naissance, taille, profession, lieu de naissance et domicile de l’intéressé, noms et prénoms des deux parents, profession du père.

L’intérêt de ce document est qu’il indique, en plus des noms de ceux que le sort a désignés pour partir à l’armée, ceux aussi des dispensés : il s’agit d’une liste complète d’une classe d’âge du canton concerné.

La communicabilité des listes de tirage au sort, parce qu’elles contiennent des renseignements médicaux, est fixée à 150 ans à partir de la date de naissance du conscrit.

Les registres matricules

Lors du recrutement, un numéro matricule est attribué à chaque recrue et un état signalétique des services militaires (ESS) pour chaque soldat est tenu à jour. Les registres matricules existent depuis 1867 et concernent les hommes ayant effectué leur service militaire. Ces documents sont produits par l’armée.

Le registre mentionne l’incorporation de chaque homme inscrit et tous les changements éventuels (affectations, changements de domicile, etc). En cas de déménagement, tout homme inscrit sur le registre matricule est tenu de faire sa déclaration à la mairie du lieu qu’il quitte et à la mairie où il souhaite s’établir.

En plus de l’état civil et de la carrière du soldat figure sa description physique : taille, couleur des yeux, des cheveux, etc.

Les documents du recrutement ne sont pas communicables avant un délai de 150 ans, à partir de la date de naissance de l’individu, car certains comportent des renseignements d’ordre médical.